En bref - Vivre ailleurs - La vie dans l'espace

Aller au contenu

Menu principal :

Conclusion

______________________________________________________________





 
Ainsi, vous avez découvert ce projet de cité spatiale...

Et encore, pas seulement celui-ci. Nous pourrions développer bien d’autres modèles en somme : comme une station orbitale, un vaisseau habitable, un astéroïde creusé… de multiples méthodes, et bien d’autres encore ! (disponibles presque tous, ici !).


Les ressources seront infinies… Alors la seule limite sera l’imagination….
 




      Mais tout ceci ne pourra se faire sans la chose la plus importante, primordiale et essentielle au monde : l’Unification de l’Humanité.
 
C’est le principal frein à l’extension de l’humain, et a pour cause les diverses politiques mondiales mettant en œuvre recherches secrètes, divisions des moyens, ainsi qu’une compétition planétaire… Cette compétition-même qui est LE plus gros frein, dans le sens où chacun y voit son intérêt propre…
 
Il faut donc être en capacité d’unir l’Humanité…
 
 
L’unification de l’Humanité : un bien grand mot. Beau aussi.
Aucun progrès considérable pour le futur de l’Humanité ne se fera sans elle.



C’est-à-dire, — s’il y a encore besoin de le démontrer — que, en l’occurrence, la ‘‘colonisation’’ spatiale n’a avancé que dans la concurrence et la compétition.
Le constat est déplorable :

Nous avons marché sur la Lune, il y a 50 ans, sans jamais y retourner.
Nous avons fait une première station spatiale Mir, qui a fini dans l’océan. Nous avons créé une deuxième station, un peu plus collective cette fois-ci, mais qui dans peu de temps rejoindra l’autre
(croisons les doigts, pour que cela n’arrive pas)
Nous avons envoyé des robots explorateurs en nombre, notamment Hubble : jolies images !
Mais également Spirit mort sous le sable martien par manque de budget ; ou encore Opportunity, dont la finance du dernier est votée chaque année pour savoir s’il sera abandonné, ou pas..
Et pour compléter la liste des Martiens, citons Curiosity et ses photos mythiques et mystiques, ou encore InSight et son super-sismomètre (car international). Comment ? Oui, oui, ce ne sont que des petits de la NASA…
(Note)
 
______________
 

Du côté des projets mondiaux cette fois-ci, regroupant de nombreux pays pour une même cause, on retrouve InSight — sous la bannière de la NASA, toujours — mais où cette fois-ci une dizaine de pays ont participés, ce qui a retardé quelque peu…
(On sait qu’il y a environ 20 minutes de délai de communication Mars-Terre, mais en restant sur la Terre…).  
Mais il y aussi ITER, la première centrale nucléaire qui exploite le principe de fusion, et qui se construit… en France. Si, si et peu de gens sont au courant. Elle regroupe une vingtaine de pays (la Chine, l'Union européenne, l'Inde, le Japon, la Corée, la Russie et les États-Unis). Voilà un beau concept, qui a malheureusement près de 50 ans de retard dû à toutes ces « directives administratives », problèmes en tous genres, et pour finir le tout : on n’est pas sûr de la technologie à employer.
Nous ne pourrions oublier l’ISS, qui est un chef-d’œuvre magnifiquement beau mais cependant quelque peu lamentable.
 
Pour conclure, on pourra s’exclamer que au niveau Unité Mondiale, ça patauge !...
 
 






      En outre, et de manière plus scientifique et pragmatique, continuons ensemble de lister quelques idées importantes et incontournables sur le sujet de l’Unité Humaine. Des questions éthiques sur lesquelles se mettre d’accord…
 
Il serait, dans un premier temps, judicieux de prioriser la recherche sur l’énergie.
La fission ou la fusion nucléaire ? Grand débat ! À cela se rajoutent les modes d’énergie renouvelables.
Le stockage ?! Ah oui, problème…
Désormais le déplacement d’un vaisseau.
Traverser un trou de ver, voyager dans le temps, plier l’espace-temps ?!! Bientôt possible, on cherche encore (même si certains scientifiques ne sont pas entièrement d’accord quant à ces méthodes des plus hardies, originales et non-conformiste émanant toutes ou presque de la physique quantique ; ‘‘restons raisonnable’’ tout de même…).
 
   Bon, blague à part, une fois en capacité de s’unir, et de mieux connaître ce qui nous entoure, nous pourrons partir.
 
 



*******




     Nous ne sommes pas pessimistes, et de très loin !...
Mais s’ajoute à cela de trop nombreux projets en cours de création ou déjà innovés pour la colonisation et terraformation de Mars…
Les reportages et documents intellectuels en cette faveur n’arrangent pas les choses.
 
Certes, elle a moult atouts, comme deux satellites naturels vingt fois plus proches que la Lune ne l’est de la Terre, sa proximité avec la ceinture d’astéroïdes, ou encore une couleur d’un rouge vermeil extraordinaire variant sur l’orangé ; alors pourquoi vouloir changer radicalement une si jolie planète ?...
 
Il ne faudra donc pas redescendre sur un autre corps spatial, mais bien rester dans là-haut (mais si leur étude est très intéressante)… Cette démarche demande bien trop de ressources couteuses. Étrange pour des dirigeants cupides…
 
En outre, c’est régressif de retourner sur une planète, de retourner là d’où l’on vient…
 
Le plus difficile est de quitter la Terre, pourquoi, diantre, revenir sur une autre ?
 
 
 
Enfin, il serait important de signaler que la production d’énergie, la propulsion, et le stockage sont trois choses très différents ; sujets qui avancent tous relativement bien. Alors voilà. C’est fait.
 
Malgré tout, une bonne partie des scientifiques s’intéressent à des énergies nouvelles, s’attelant à de plus en plus de recherches  au sujet de ces nouveaux modes de transport et de voyages (en se basant notamment sur des styles de propulsion exotiques, comme le tritium, les ions, ou encore les neutrons).
 
 
  

*******
 



      L’Homme doit grandir, il doit évoluer encore plus que ce qu’il n’a déjà fait sur un plan cette fois-ci psychique, sociale, et psychologique. Sur un plan pour finir, philosophique.
Il se doit de devenir plus mature, pour pouvoir subsister…
 
 

Une fois dans le Ciel, avec des centaines de station plus grandes les unes des autres, nous assisterons à quelque chose d’incroyable : une nouvelle Humanité…
 

Les Hommes deviennent alors nomades, et se déplacent aux confins de l’Univers…
 
Cette nouvelle génération interagira donc avec vertu envers son environnement (plus particulièrement les multiples astéroïdes, mais également les futures planètes vivables — car oui, même si au début de cet exposé nous revendiquons haut et fort la non-ingérence, c’est là où forcément l’exploration spatiale nous mènera. Ce n’est donc que pour mieux vivre sur de futures planètes telles la Terre, avec une philosophie et des "mœurs" plus évoluées : comme des mythologies contemporaines comme Star Wars nous le montrent), et n’usera que de trop peu de ces richesses…
 
Ainsi, naîtra un écosystème espèce-environnement bienveillant et sain se répartissant de façon logique, naturelle, habile, juste, méritante, pleine de retenue ainsi qu’avec sagesse les bienfaits puissant de l’Univers.
 

Le rapport au monde change…
 
  
 
 


      Comme l’a fait le grand explorateur Magellan en son temps, les stations spatiales et vaisseaux terriens-humains iront voyager, mourir ou bien perpétuer leur espèce dans la galaxie, sillonner l’inconnu de la voûte céleste infinie…
Un symbole de nos valeurs de Paix, et d’Unité, puis de nos connaissances partagées sera gardé par ces stations arborant en leur sein une multitude d’espèces extra-terrestre (l’Homme en étant désormais devenue une aussi)…
 
 
Nous gardons espoir en cette vision des choses, qui pourra donner lieu à d’innombrables colonies Humaines, au sein de notre Univers, ou même de son — ou ses — Multivers (mais ça c’est une autre histoire…)…
 
  
 

 
Nous sommes à l’aube d’une nouvelle ère. Ce n’est plus de la science-fiction. La ‘‘colonisation’’ humaine de l’espace est désormais du domaine de la science.
 
L’humanité existe depuis 2 millions d’années. La civilisation quant à elle a commencé il y a plus de dix mille ans, et le rythme de son développement est exponentiel.
Nous irons là où personne d’autre n’est encore allé…
 
 
Nous n’en sommes plus si loin…

Nous devons avoir de l’espoir en l’Humain.
 
 
Ce n’est plus qu’une question de temps.
Et d’espace….


 
Extrait du film (scène deuxième) du film 2001 l'Odysée de l'espace, réalisé par Stanley Kubrick, et sorti en 1968...
Extrait du film (scène deuxième) du film 2001 : l'Odysée de l'espace, réalisé par Stanley Kubrick, et sorti en 1968...




 
© 2019 - 3590 Vivre Ailleurs (Comme ça c'est fait....)
Pour le reste, les propriétaires des marques, et documents iconographiques, ou autres sources intellectuelles (images, vidéos, etc.) respectives citées ou utilisées sur le site en restent les propriétaires et c'est très bien comme ça, blablabla....
Retourner au contenu | Retourner au menu