Introduction - Life Beyond - La vie dans l'espace

Life BEYOND
FR | EN
Aller au contenu




      Après l’épique épopée du programme Apollo et les premiers pas de l'Homme sur la lune, l'échec des navettes spatiales, et la réduction progressive des programmes spatiaux, alors que depuis des décennies la présence humaine dans l'espace se résumait à une station spatiale internationale déjà vétuste ainsi que vieillissante, et à un doux ronronnement robotique, et pourtant, après ces dernières années d'engourdissement, un nouvel intérêt semble s'éveiller pour la conquête spatiale humaine…



Lorsqu’actuellement le monde parait paralysé
à tous les niveaux par une crise existentielle ;
l’espace, « l’ultime frontière », apparait comme
le domaine de tous les possibles.


 
           Les crises écologiques, économiques, et sociales actuelles poussent ainsi l'Humanité à chercher de nouvelles issues.
  Trop de lignes rouges ont été franchies. Notre planète a été de manière fondamentale polluée par l’appât du gain, et des politiques mégalomaniaques.
  Les scientifiques ne cessent de donner l’alerte, en assurant que la sixième extinction massive a d’ores et déjà commencé…




Le ciel est ainsi redevenu une échappatoire ;
et les étoiles : porteuses de nouveaux espoirs…



            



      Elon Musk et Stephen Hawking partage une idée commune : celle de coloniser Mars pour offrir à l'Humanité une plus grande chance de survie, et de la sauver du peu de temps qu’il lui reste à vivre…

Cela fait deux hommes célèbres qui disent la même chose, alors tout le monde s’emballe : c’est parti pour Mars !...
Pas simplement pour l'exploration, mais surtout pour y habiter !

D'autres projets que ceux de la NASA et de SpaceX existent pour coloniser la planète rouge, souvent plus médiatiques que réalistes, mais ils témoignent tous de la même volonté : permettre à l'humanité de se créer d'autres foyers pour assurer sa survie.


___________     ____________    ____________     ___________

 

    Ces idées ont été renforcées avec la catastrophe écologique actuelle, l’Homme a alors — enfin — pris conscience de sa propre fragilité. Il faut donc sauver l’Humanité…

    Cet argument est d’ailleurs repris par la science-fiction, dont maints scénarios se déroulent en d’autres lieux, d’autres planètes, comme bien évidemment sur la planète rouge, et soit dit en passant la deuxième plus proche de nous. Et l’on pourrait citer par exemple l’œuvre de Kim Stanley Robinson qui s’intitule La Trilogie de Mars (titre original : Mars Trilogy) (donc soit les trois romans qui suivent : Mars la rouge (1992), Mars la verte (1993) et Mars la bleue (1996) — titres qui rendent bien comptent de la terraformation de la planète) ; ou bien évidemment le film Seul sur Mars réalisé par Ridley Scott en 2015 (mais il y en a d'autres...).
 
            


    Le fait de vouloir rejoindre une planète pour l’y habiter s’est également accentué par des projets conçus dans une optique de compétition, et de concurrence, entre grandes puissances, comme ce fut le cas pour la "conquête de la Lune" — groupe nominal assurant ainsi à l'avance l'échec d'un réel projet de colonisation humaine hors de notre planète.
Rappelons-nous, qu'une fois l'objectif atteint — poser 5 minutes le bout du pied en quelques pas sur la Lune en 1969 — plus aucun projet lunaire n'a été envisagé sérieusement pour y retourner, que seulement 50 ans après !... Même s’il a quand même fallu attendre que la Chine envoie un robot, pour que les autres puissances spatiales s’y mettent aussi.

    Alors est-ce derechef de la propagande, avec des marqueurs, des feuilles de papier cartonnées, et de la colle à paillette ; ou bien de véritables projets sérieux, qui sont actuellement présentés ?...
 
    Cette décision fut prise due à un impératif de concurrence. Aujourd’hui il se passe presque la même chose, d’où l’idée présente de partir le plus vite sur Mars. En effet, la planète a été un des enjeux de la course à l'espace dès 1950.










     Et si les projets actuels, au-delà de la simple exploration portent sincèrement et réellement en eux des perspectives de colonisation, de vie des hommes hors de notre planète, alors il faut sérieusement se poser la question de savoir si coloniser une autre planète est pour l'homme la meilleure manière d'aborder son expansion hors de la Terre, la sphère écologique qui l’a vu naitre...


     Pour finir, c’est bien sûr le caractère très anthropomorphique de l’Homme qui le pousse à ne voir qu’uniquement la possibilité d’un habitat planétaire pour son avenir.


———————————————
 


Pour vivre durant encore des millions d’années,
l’Humain doit quitter la Terre pour en rejoindre une autre.
 

Mais est-ce vraiment la solution ?...


———————————————




  L’Humanité ira dans l’espace, cependant pour quoi faire ?...

  Pour aller sur une autre planète habitable, comme expliqué précédemment ?
Pour quitter la nôtre, alors… Et puis ? Partir sur Mars ? Le dessein de toute personne influente dans ce domaine : aller sur cette boule rocheuse qui nous interroge et nous fascine depuis toujours, et garde la plupart de ses mystères. Ce serait alors pour la terraformer, après avoir fait des bases martiennes.
Mais alors combien de générations faudrait-il engendrer pour accomplir ce long processus ?


  Veut-on faire des Terres dans tout notre système solaire ?
Dans toute notre galaxie ?! Se prend-t-on pour Dieu ?... Encore mieux, doit-on adapter tout l’Univers à l’Humanité ?
 

Il nous manque et des connaissances, et des technologies.
 




  On ne peut même pas "dompter" (dompter : puisque c’est ce qu’on essaye de faire) soi-même notre propre Terre ; comment peut-on s’imaginer pouvoir dompter une autre planète ?! À part quelques cailloux ramassés…
 
 

  De plus, ce corps céleste qu’est Mars est bien trop hostile : tempêtes de poussière abrasive, air irrespirable, ouvert à toutes les radiations car l’atmosphère n’est pas assez épaisse et le champ magnétique assez fort, ou encore température variant de quelques centaines de degrés…
Eh oui, tant de choses qui rendent difficile l’adaptation au sol martien.

Le dernier robot vient de découvrir de la vie ! Laissons-la en paix se développer, et occupons de nos affaires... C'est ce qu'on appelle la non-ingérence et le principe de précaution !...
 

Il n’existe d’ailleurs pas que seulement Mars,
d’autres planètes pourraient être habitables, mais à quel prix ?...  
 
 
 



  Et quand bien même, serions-nous obligés de quitter notre planète originelle, et progénitrice, pour diverses raisons que ce soit d’actualité que je ne vous citerai pas !... Est-ce justifié ?! Comme le réchauffement climatique, la montée des eaux, et l’augmentation en intensité et en quantité des catastrophes naturelles, ou encore la surpopulation…
 

  On ne serait donc sans vergogne, et nous n’aurions pas honte de reproduire le même scénario indéfiniment ?
Que ferons-nous, une fois que la deuxième planète sera cassée ?...




 
Notre avenir est dans l’espace, et non sur une planète
(on voit ce que ça donne d’ailleurs…).

Il faut y rester.
 


  Partir dans l’espace n’est pas une question nouvelle. Elle existait bel et bien avant même que vous ne vous décidiez à cliquer sur notre site.

  Dès les années 1950 déjà cette Odyssée est abordée avec grand sérieux, comme Constantin É. Tsiolkovski (1857-1935) (philosophie, et fusée), et Wernher von Braun (1912-1977) (station orbitale, et fusée) ; puis dès 1970 avec Gerard K. O’Neill (1927-1992) (cylindre), John D. Bernal (1901-1971) (sphère et station), et bien quelques autres encore l’on remarquablement fait.



  Tombées dans l’oubli durant longtemps, ces idées ressurgissent par l’expression de ces divers faits : phénomènes négatifs de la planète en tous genres (cités précédemment)…
 
Mais pas pour longtemps !...




 Vous l’aurez deviné, ce sont donc les villes de l’espace qui seront le thème de cet ouvrage.
 
 Cela peut paraitre contre-intuitif, et pourtant bien d’autres y ont réfléchi auparavant.
L'espace sans fin, le "vide" généralement fait peur !
 


Nous allons donc créer, approfondir,
et développer ce concept de cité spatiale !...
 


La colonisation de l’espace, et la continuité de l’espèce humaine est en jeu ici.


Et comme le disait si bien un des pères, pionnier et théoricien de la cosmonautique moderne, le russe Constantin É. Tsiolkovski :

 
« La Terre [/la planète] est le berceau de l'humanité [/de l'esprit, de la raison],
mais on ne peut pas vivre toute sa vie dans un berceau.
»…
(Nous nous permettons de rappeler tout de même que ce cocon fut occupé par des dinosaures — qui eux, ont disparus…).




  Après un bilan calamiteux et triste de l’ISS, nous sommes comme "coincés" avec ce résultat d’expérimentation précaire…
Malgré une union de plusieurs pays, ainsi que quelques expériences scientifiques importantes réalisées en son sein, cette Station Spatiale Internationale reste une base de survie…
Il était prévu que des scientifiques aillent là-haut, et ce sont les astronautes qui font les tests : et c’est cela la malheureuse histoire de cette Station qui n’utilise que partiellement son potentiel de recherches…
 





Les questions suivantes, toutes légitimes, se posent alors :
 

Peut-on vivre dans l’espace, et y habiter ?...
Quelle est la structure apte à nous accueillir ?
Comment concrétiser ce rêve, de toujours, d’aller dans le Ciel, là où tout est parfait ?...
 



Il y a enfin l’état de l’art technologique. Où en sommes-nous vis-à-vis de ce que l’on connaît, et savons faire ?
L’apesanteur, la vie là-haut, les risques, moult questions auxquelles nous allons répondre dès maintenant.  









 
Ainsi, installez-vous confortablement dans votre fauteuil de bureau,
ou canapé à anti-gravité, et lisez ces dernières quelques lignes
sur l’écran holographique de votre ordinateur quantique.

Quelqu’un regarde Sirius par le moniteur à retranscription directe de la station,
pendant qu’un voisin arrose ses plantes aux parfums enivrants…

Le roulement véloce et circulaire de la station
sur elle-même ne se sent même plus.

Les tortues sur une pierre terrestre dorment,
tandis que le droïde accueille un nouveau voyageur.

Un habitant s’apprête à repartir dans son astronef.
Et l’Humain continue sa route…

© 2019 - 3590 Life Beyond (Comme ça c'est fait...)
© 2019 - 3590 Life Beyond (Comme ça c'est fait...)
© 2019 - 3590 Life Beyond
Retourner au contenu