Nourriture - Life Beyond - La vie dans l'espace

Life BEYOND
FR | EN
Aller au contenu

AlimentationAlimentationAgricultureAgricultureÉlevage...Élevage...

_____________________________________________________________________________





 


L’espace, s’offre à l’homme, vide mais magistral.
Cependant, se nourrir y est à première vue "impossible".
Il faut donc créer un micro (ou pas nécessairement)
écosystème permettant de se sustenter…


 
    Actuellement, la Station Spatiale Internationale à recours à des livraisons de nourriture en boîte depuis la Terre, toutefois, afin de mieux vivre dans l'espace, il serait préférable de faire sa propre nourriture à l'intérieur de l’habitat, à la fois pour être indépendant, mais aussi car les livraisons sont coûteuses en ressources.


 
Mais alors, quel est le meilleur moyen de produire de la nourriture dans un espace qui peut paraître non-adéquat à ce genre de pratiques barbares ?...



     





Actuellement au sein de l'ISS...
     







 
Les éléments nécessaires au corps
 


L’organisme a besoin de différents types d’aliments constitués de nutriments qui sont tous indispensables à son bon fonctionnement.
Il existe quatre classes de nutriments :
 



 
Les vitamines :
Les vitamines sont très utiles dans le corps. Il en existe de nombreuses qui permettent le bon fonctionnement de ce dernier. Elles se trouvent principalement dans les fruits, légumes et céréales.
 

 
Les protéines ou protides :
Ce sont les éléments « constructeurs » des cellules de l’organisme.
Les protéines participent à la construction, la réparation et l’entretien de l’organisme.
Les plus efficaces sont apportées par les viandes, les poissons, les œufs et les produits laitiers.
1g de protéines fournit 4 calories.
 

 
Les lipides ou graisses :
Ils fournissent de l’énergie mais aussi des vitamines liposolubles et des acides gras essentiels. Ils sont donc indispensables mais attention : consommés en excès, ils sont stockés sous forme de graisse.
C’est le nutriment le plus énergétique : 1g de lipides fournit 9 calories.
 

 
Les glucides ou sucres :
On distingue les sucres rapides (ou simples) et les sucres lents (ou complexes).
Ils représentent la principale source d’énergie pour l’organisme. Ils doivent impérativement faire partie de tous les repas, principalement sous forme :
 
- D’amidon : pain, pâtes, riz, pommes de terre, céréales,
- De légumes et de fruits.
 
 

 
Le sucre et les produits sucrés ne sont pas indispensables, mais contribuent au plaisir du repas : il est préférable de les consommer à la fin d’un repas équilibré plutôt qu’en dehors des repas (771g de glucides fournit 4 calories).
 

 
Les nutriments non énergétiques :
Ils n’apportent pas d’énergie, mais ils doivent être apportés à l’organisme car celui-ci ne sait pas les fabriquer.
 
 


 
De plus, cette nourriture doit se soumettre à des contraintes :
 

 
Fort pouvoir nutritif : beaucoup de calories, nutriments et minéraux pour la plus petite masse et volume afin d'en emporter le plus possible

 
Longue conservation : Toutefois, dans un scenario nous permettant de faire notre nourriture à bord, ce critère devient moins important

 
Aucun risque bactériologique : La nourriture ne doit contenir aucune bactérie venant de la Terre afin d'éviter tout risque de contagion dans un milieu stérile. Toutefois, si l'on produit sa nourriture sur place, elle devrait être vierge de bactéries.
Cela fait partie des risques à ne pas prendre… Zéro bactérie peut être également dangereux, alors vivons simplement et normalement.

 
Tenir dans un four à 80°C : Car les micro-ondes sont dangereux pour le matériel de la station, on ne doit pas avoir besoin de découper la nourriture.
De plus, ils envoient des ondes…

 
Doit pouvoir se manger chaud, froid ou tiède : en cas de panne du four par exemple, mais aussi pour la variété des repas.
Rappelons qu’il s’agit ici de créer des conditions de vie et de confort supérieures à celles de la Terre (voir la Psychologie Spatiale)
 



 
ð  Pour conclure, il faut que ce soit équilibré et sain…
Ce n’est pas compliqué de cuisiner dans l’espace : c’est comme sur Terre, mais dans l’espace…




     





 


Les sources de nourriture

 
Après avoir énoncé ces contraintes, il faut trouver des aliments permettant de se nourrir au mieux.
 
Pour les protéines et une partie du glucose, l’œuf (et donc la poule) sont très rentables. Ils permettent de très bons apports nutritifs et ne prennent que peu de place. De plus, avec quelques modifications génétiques, les poulets pourraient se retrouver débarrassés de leurs plumes et poils : rendant ainsi leur cuisson plus simple.
 



 

Au niveau des vitamines, pour n’avoir aucune carence, un certain nombre de légumes et de fruit seront nécessaires :

- Des céréales ;

- Des fruits : fruits rouges et agrumes ;

- Des légumes : comme du choux et des carottes ;

- Certaines plantes, remplaçant TOUTES les vitamines, même la D (comme le millepertuis) (celle du « soleil ») (en cas d’éloignement de la cité spatiale avec une étoile…).
Sachez qu’actuellement, seules 10 à 15% des plantes sont étudiées scientifiquement pour leurs différentes vertus (apports nutritifs, psychologiques et médicaux). On est donc très loin de connaître l’intégralité des bienfaits des maints êtres vivants à nos pieds… (À noter que les moines, durant le Moyen-Âge, ont laissés de nombreux livres renseignant sur les différentes propriétés des plantes, émanant de la « culture populaire)…

Des féculents sont aussi nécessaires pour le bon fonctionnement de l’organisme comme du riz, des pates ou du pain.
De la canne à sucre peut éventuellement être aussi amenée afin de pouvoir faire du sucre.



Avec la totalité de ces éléments, il est possible de vivre en bonnes conditions pendant toute une vie (et même pendant plus longtemps - soit rallonger l’espérance de vie…).
Cependant, la diversité citée ci-dessus est minimale et optimale, il est donc possible de varier cette sélection en fonction de l’espace disponible, ainsi que de la population.


     





 
Les conditions d’élevage et de culture dans le vaisseau-cité


 
A:/ L’hydroponie (ou culture hydroponique) est la culture de plantes réalisée sur un substrat neutre et inerte (de type sable, pouzzolane, billes d'argile, laine de roche, gravier, etc.).
Ce substrat est régulièrement irrigué d’un courant de solution qui apporte des sels minéraux et des nutriments essentiels à la plante.
Les substrats neutres et inertes peuvent être extraits des astéroïdes, ainsi que les nutriments nécessaires.
Pour les solutions, on sait déjà les faire sur notre planète.
Ainsi, plus besoin de terre !...





B:/ La permaculture est une technique qui permet, dans un même sol, de cultiver différentes plantes qui vont s’entraider entre elles. Des études en laboratoires permettraient d’élaborer des combinaisons de plantes optimales.



 


C:/ L’aquaponie pourrait être un bon complément à l’hydroponie… C’est un système qui unit la culture de plante et l'élevage de poissons. Dans ce système, les plantes sont cultivées sur un support composé de billes d'argile. La culture est irriguée en circuit fermé par de l'eau provenant d'aquarium où sont élevés les poissons.
Des bactéries aérobies issues du substrat transforment l'ammoniaque contenue dans les déjections des poissons en nitrate, directement assimilable par la végétation.
L'eau purifiée retourne ensuite dans l'aquarium.


C’est simple, efficace et autonome (/automatique).


 
Enfin, n’oublions pas le Soleil qui peut être "remplacé" par de la lumière artificielle, et les modifications génétiques qui feront l’affaire : pouvant être attribuées aux différentes plantes et cultures afin de les rendre plus rentables au niveau de la nutrition et des vitamines nécessaire au bon fonctionnement du corps…

On pourrait aussi imaginer modifier l'ADN (encore une fois) des plantes,
pour accèler leur culture...

En outre, toutes ces techniques (hydroponie, aquaponie et permaculture) pourront être mélangées, complétées, pour avoir le plus rendement possible...



     






L'eau actuellement bue dans la Station.

L’eau


 
 
      93 % de l’eau utilisée sur l’ISS est assainie et est donc réutilisée.
Les eaux usées sont recyclées : quand les astronautes transpirent et respirent, ils rejettent dans l’air de la vapeur d’eau. La totalité des eaux usées sont dirigées dans le système de traitement des eaux de la station où elle subit plusieurs épurations. Le premier consiste à chauffer les urines une première fois pour éliminer les sels qu’elles contiennent. Pendant le deuxième traitement où l’on rajoute la vapeur d’eau, l’eau est filtrée plusieurs fois pour retenir les composés solides comme les cheveux et les peaux mortes. L’eau est à nouveau chauffée pour éliminer les derniers éléments avant d’être traitée pour éviter le développement des bactéries, c’est la dernière étape. Dorénavant, l’eau est potable, et prête à l’utilisation...

« Le café que vous avez bus hier, est celui d’aujourd’hui, et sera celui de demain… ».



 
 
Mais sans oublier les astéroïdes, qui nous sont bien utiles !...
Divers d’entre-eux contiennent des quantités énormes d’eau en leur sein…
Un robot ira donc rechercher cette eau, « saine » (ou traitée par la suite), et la ramènera à la station.
Il est également important de savoir que l’eau est un des éléments visibles (donc ici, ne comptons pas la matière noire, ni l’énergie noire, et peut-être plus…) de notre univers le plus abondant (environ 50 à 70%)…




 
 
Bien sûr, comme pour tout, il faudra amener un minimum d’eau au sein du premier module, puis le recyclage et la récupération du liquide pourra commencer normalement…







     


Voici la culture dans l'espace, avant...

...elle sera comme ceci !...
© 2019 - 3590 Life Beyond (Comme ça c'est fait...)
© 2019 - 3590 Life Beyond (Comme ça c'est fait...)
© 2019 - 3590 Life Beyond
Retourner au contenu